Programme d’Avril 2018

Programme mercredi 28 mars 2018

 

EDITO

——

Les Tanneries ont définitivement déménagé en juillet 2015. Nous quittions alors le boulevard de Chicago et la friche des anciens abattoirs pour une nouvelle friche, celle de la rue des Ateliers.

Les Tanneries1 c’était boulevard de Chicago, clin d’œil à la ville des USA qui centralisait l’abattage industriel. Aujourd’hui c’est un écoquartier qui surgit à leur place. Et ça va vite : 6 grues dressées, du béton qui pousse à toute vitesse, des camions livrant de la terre végétale pour les futurs espaces verts… L’Écocité Jardin des Maraîchers, voilà un nom qui fait rire, puisqu’on l’implante là où il n’y avait que d’immenses hangars faits de béton et d’amiante. On connaît bien les lieux: on y a passé 17 ans dans ces Tanneries.

Allez vous balader, vous verrez là-bas un florilège de construc- tions… en béton. Allez-y maintenant car bientôt ce béton aura disparu derrière des artifices plus « verts ». Parce que le terme écoquartier est une pure création marketing, tout droit sorti du crâne des politiques, des urbanistes, des architectes, de tous ces experts en prescription et proposition fumeuse, parfaits militants de l’économie totalitaire.

Les Tanneries2, c’est dans le quartier des Ateliers. C’est une bonne grosse friche industrielle. Pêle-mêle des hangars laissés à l’abandon, une vieille casse automobile, des cabanes style bidonville, le « village » Rrom, le Centre d’Accueil et d’Orien- tation (CAO) pour les exilé.es de Calais et le Centre d’Accueil et Demandeurs d’Asile (CADA).

Ici on est bien loin des écoquartiers avec des bâtiments in- dustriels réhabilités : une ancienne usine qui se transforme en Espace autogéré, le foyer décrépi des cheminots transformé en CADA. Sur les dalles en béton, c’est des bungalows qui y poussent. Des bungalows pour les Rroms et des bungalows pour les exilé.es de Calais.

La mairie relègue aux mêmes endroits les indésirables : voilà comment sont recyclés ces terrains industriels. Pour ne pas dire un alignement de bungalows, on appelle ça un « vil- lage ». Et tous ces « villages » sont invisibles, cachés derrière des hauts murs. Seules les paraboles qui en dépassent nous font comprendre que des gens vivent ici.

L’aménagement des villes fût de tout temps une affaire de ségrégation. D’un côté le centre-ville (centre commercial à ciel ouvert, dixit le maire) les quartiers touristiques, de fêtes et les pavillons ; de l’autre les banlieues et les indésirables… Mais face à cela une autre ville se pense et s’invente.

Depuis 8 ans, le Quartier Libre des Lentillères est installé sur les dernières terres maraîchères de la ville. Elle sont aujourd’hui cultivées et habitées par une centaine de personnes, sorte d’oasis de feu face au désert de la métropole.

Venez alors participer du 19 au 29 avril à l’assaut de la métro- pole dijonnaise par le Quartier Libre des Lentillères ! Nous vi- vrons une semaine d’offensivités joyeuses, pour réaffirmer que l’énième écoquartier (tant prisé par la mairie de Dijon, car celui incarnant tous les espoirs du développement durable) n’aura pas lieu !

Séminaire sur la critique de la métropole, chantiers, concerts, discussions entre divers territoires occupés, déambulation à vélo et manif le 28/04…

QUE VIVE LE QUARTIER LIBRE DES LENTILLÈRES !

———–

PROGRAMME

SOIRÉE DE SOUTIEN AUX FAUCHEURS VOLONTAIRES

VENDREDI 6 / À PARTIR DE 19H / 6€

En novembre 2016, 67 Faucheurs Volontaires ont neutralisé en Côte d’or des parcelles d’essai de colza génétiquement modifié, propriété de l’entreprise dijonnaise Dijon-Céréales.

Ils ont revendiqué leur action en se rendant au siège de l’en­treprise où ils ont pu constater la présence de stocks de bi­dons d’herbicide de la marque BASF (Cleravis et Cleranda) spécifiques aux VrTH (variétés rendues tolérantes aux herbi­cides).

Ce colza fauché est un OGM qui n’a pas été obtenu par transgénèse mais par mutagenèse. Ce sont des plantes pesticides reconnues OGM mais exclues des champ d’ap­plication de directives européennes (puisqu’obtenues par mutagenèse) donc ni évaluées, ni étiquetées, ni appelées OGM. Ce sont pourtant bien des OGM CACHÉS !

36 de ces faucheurs sont convoqués au tribunal de Grande Instance de dijon durant cette semaine du 2 au 6 avril. Elle se terminera par cette soirée de soutien aux Tanneries :

19H – REPAS AVEC LES FAUCHEURS/ASSIETTES VÉGÉ

20H – CONCERTS : MANOLO KO (KORA / DIJON) & HK ET LES SALTIMBANKS (ACCORDÉON ENGAGÉ / LILLE)

 

CONCERT

SAMEDI 7 / 21H / 8€

ASSO STEEL TOES

-> SHOOT THE DOGS (STREET PUNK / ST ETIENNE)

-> THE ASSOWLS (ROCK AND ROLL / DIJON)

-> DEMENTED ARE GO (PSYCHOBILLY / ICI ET AILLEURS!)

 

CINÉMA

O FANTASMA

MARDI 10 / 21H / LIBRE

De Joao Pedro Rodrigues (L’Ornitologue) / 2000 / 90min

Des éboueurs enlèvent des ordures dans les quartiers malfa­més de Lisbonne… Sergio, parmi eux, est très travaillé par ses désirs homos, tendance sado-maso. À la faveur d’une de ses rondes, le jeune homme tombe sur le fantôme de ses rêves, un motard pour lequel il va nourrir une véritable obsession.

Incapable de l’aborder, Sergio va se mettre à fétichiser tout ce qu’a touché son motard adoré : la moto, bien sûr, l’eau de la piscine où il a nagé, voire les parois de la douche où l’autre vient de se laver… Au fur et à mesure qu’il s’enferme dans son obsession, il va non seulement fétichiser mais tota­lement chosifier l’objet de son désir… FILM CASH !

 

 

ATELIER CIRQUE

TISSU AÉRIEN ET JONGLAGE

MERCREDI 11 / 14H-17H30 / LIBRE

Pour les enfants à partir de 8 ans et les ados !

 

 

SPECTACLE

CHANGEMENT DE DATE !!! JEUDI 12 / 20H / LIBRE

L’ÉTRANGE VOYAGE DE GARNARELLA

SPECTACLE POUR LES ENFANTS

La sorcière Garnarella atterrit dans un monde post-apoca­lyptique peuplé de robots déglingos et de créatures étranges qui voyagent sur de grands tissus volants.

Dans sa quête pour retrouver le chemin de sa forêt, elle s’aventure dans cet univers inconnu qui lui réserve des ren­contres extraordinaires.

 

 

CONCERT

MALOKA

SAMEDI 14 / 21H / 6€

-> NORTH EAST SKA JAZZ ORCHESTRA (FANFARE SKA SOUL JAZZ / ITALIE)

-> FUMO NERO ( ÉLECTRO PUNK DISCO / ITALIE )

-> + DISC-JOCKEYS

 

 

CINÉMA

CE VIEUX RÊVE QUI BOUGE

MARDI 17 / 21H / LIBRE

De Alain Guiraudie (Rester vertical)/ 2001 / 50min

Une usine sur le point d’être désaffectée. Il ne reste plus qu’une poignée d’ouvriers et un jeune technicien intérimaire chargé de démonter une dernière machine. Tandis qu’il tra­vaille, les ouvriers passent le temps en attendant la fin de la semaine. Et l’on tente de se causer. De dire la solitude dans les champs de ferraille. De dire l’absurdité du travail assidu quand l’usine va mettre la clef sous la porte dans huit jours. Et surtout : dire son désir pour l’autre. Car Ce vieux rêve qui bouge n’est pas qu’une divagation mélancolique sur la mouise sociale en Aveyron. C’est aussi la chronique émou­vante d’une passion réciproque mais impossible : le jeune rafistoleur de machine est amoureux de son contremaître…

 

 

ASSEMBLÉE ACTIVITÉS

MERCREDI 18 / 18H

Chaque 3ème mercredi du mois, la « réu activités » est le moment pensé pour s’impliquer dans l’existant & amener de nouvelles idées, proposer des lectures, films, plats à préparer…

 

 

CONCERT

LARRY & MALOKA

SAMEDI 21 / 20H / 6€

SOIRÉE HIP HOP HUMAN BEAT BOX

-> THE BEAT AND THE VOICE (YOSHI ORIGINAL & FAYA BRAZ)

-> VENTOL ‘IN

-> LA A-TEAM

-> + DISC-JOCKEYS : NYC TALOP/LARRY/LEPERE CUT

 

 

CONCERT

MALOKA

VENDREDI 27 / 21H / 6€

-> THE DECLINE (PUNK / BRETAGNE)

-> PIRATES OF THE PUBS (IRISH PUNK FOLK / TCHÉQUIE)

-> PYJAMA (GARAGE ROCK AND ROLL / DIJON)

 

CONCERT

SKANKY YARD

SAMEDI 28 / 22H-5H / 5€

PROTECT THE DUB / S03E10

-> CALIM STEPPAT + ALPHA B + ROOTIKAL YOUTH + JEKO SOUND

Programme de Mars 2018

Programme mardi 6 mars 2018

 

EDITO

Mercredi 17 janvier, le gouvernement annonce l’abandon du projet
d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes.

Samedi 10 février, 30.000 personnes viennent fêter la victoire sur la
zone. Et toc la ZAD !

Jeudi 22 février, le gouvernement mandate 500 gendarmes mobiles pour
expulser la forêt de Bure.

Les semaines précédentes le comité Dijon-Bure construisait une
cabane-sleeping en kit dans l’espace activités des Tanneries pour
aménager le bois. Le jour des expulsions, on entend que l’État craint de
nouvelles constructions en dur dans la forêt.

L’avenir de la ZAD de NDDL ne se réduit pas à la construction ou à la
non-construction d’un dispositif aéroportuaire. La question est de
savoir si le mouvement peut assurer le maintien de l’usage autonome des
terres, des forêts et des habitats. Un usage qui échappe aux
institutions légales qui font perdurer l’ordre établi (chambre
d’agriculture, SAFER…).
Aujourd’hui, diverses initiatives cohabitent sur la zone et
s’enrichissent mutuellement. Certain-e-s paysan-ne-s se sont
installé-e-s avec un projet agricole légal. Plusieurs collectifs
exploitent illégalement des terres et mettent en place des chaînes de
production courtes pour soutenir le mouvement d’occupation et les luttes
en cours. Récemment, la création d’une association – Abracadabois – a
permis de penser une gestion autonome de la forêt de Rohanne. Le bois,
une fois scié, servira à de nouvelles constructions sur la zone.

La lutte continue, elle se déplace, elle fait peur ou rêver. Les
comités, les différentes entités du mouvement sont désormais appelées à
soutenir les usager.es du bocage en participant de près ou de loin au
processus de réappropriation des terres. En effet, 500-600 hectares sont
encore aujourd’hui aux mains des paysan.nes qui ont pourtant vendu leur
terre à Vinci. Le 28 février, une délégation rassemblant les différentes
composantes du mouvement a entamé des négociations avec l’État dans le
but d’obtenir un cadre juridique qui délègue la gestion des 1700
hectares de bocage à une entité issue du mouvement.

Sur la zone, de nombreuses tensions se cristallisent sur la question du
dialogue avec l’État. Il y a quelques années, l’espace autogéré des
Tanneries a fait le choix de s’engager dans un processus de négociation
avec la mairie qui a abouti à son déménagement. L’idée du relogement n’a
d’abord pas fait consensus entre nous. De vifs débats ont pu avoir lieu
et nous comprenons en partie ceux qui traversent la ZAD. Les enjeux liés
à cette phase de lutte qui s’ouvre, suite à l’abandon du projet, sont
déterminants. Il nous semble d’ailleurs nécessaire que les avis puissent
se confronter, les écueils pouvant être nombreux. À Dijon, nous avons
mis en perspective ces dangers avec notre volonté d’ancrer ce lieu dans
le temps et dans l’espace. La question du dialogue avec des autorités
légales reste complexe, elle est parsemée d’embûches et repose quoi
qu’il arrive sur un pari. Les lieux sont ce qu’on en fait, ici et
ailleurs.

Gérard Collomb a déclaré dans la foulée de l’abandon du projet
d’aéroport : « Il n’y aura pas d’autres ZAD. » Puisque nous aimons les
paris, nous relèverons celui-ci. Première étape pour le gagner,
rendez-vous les 3 et 4 mars à Bure !

Programme de Fevrier 2018

Chantier, Programme, Uncategorized mercredi 31 janvier 2018

 

 

EDITO
——

Février est le mois de cette année 2018 où l’on fête quelques joyeuses
victoires au sein des espaces que nous habitons et faisons vivre, comme
celui de l’Espace Autogéré des Tanneries.

D’abord nous parlerons de cette petite victoire obtenue par l’équipe
Travaux des Tanneries, qui a réussi le pari de faire valider les travaux
entrepris dans l’Espace Activité par la commission de sécurité incendie
& accessibilité. C’est fait ! Quelques années de travaux derrière nous :
nous n’en parlerons plus. Et l’Espace Activité des Tanneries, à côté de
la salle de concert, ouvre officiellement !

N’hésitez pas à venir l’utiliser, le visiter lors des ouvertures des
mercredis après-midi, des projections de films ou (comme ce mois-ci)
pendant la construction d’une cabane de lutte à transporter à Bure.

Ensuite, il nous faudra fêter la Zad de Notre-Dame-des-Landes et
l’abandon du projet d’aéroport ! Une immense victoire. Mais pas la fin,
pas LA victoire. Une victoire. Pour nous : un appel d’air, une fête sans
fin (contre le défaitisme) qui débordera pour que la ZAD reste un
bastion dans la lutte contre ce monde, sa sacro-sainte économie, ses
aéroports, ses centrales nucléaires ou ses lignes à grandes vitesses.
Qui débordera pour que les joies et les forces se transportent ailleurs.
Partout et aussi probablement beaucoup à Bure.

Puisqu’il nous faut continuer à obtenir d’autres victoires. Et pour cela
continuer à construire la lutte à Bure. Parce c’est que ce village est
l’endroit où l’Etat a prévu d’installer le gigantesque centre
d’enfouissement CIGEO (centre de stockage des déchets les plus
radioactifs de l’industrie nucléaire, à 500m de profondeur, pour des
dizaines de milliers d’années).

Et depuis l’été 2016, avec l’occupation du bois Lejuc, la résistance
prend un tournant. Malgré la répression démentielle inhérente à la lutte
contre un projet nucléaire à 35 milliards d’euros qui sera le plus gros
chantier nucléaire d’Europe dans les années à venir, la forêt continue
de se peupler, de bloquer les travaux et de repousser les attaques
policières.

Le comité de soutien Dijon-Bure a été créé après la vague de
perquisitions de septembre 2017, quand 150 gendarmes ont défoncé à 6h du
matin les portes de la Maison de la Résistance et de la Gare, ainsi que
3 domiciles d’opposants, puis saisi une trentaine d’ordinateurs
personnels, une soixantaine de téléphone portable, non sans avoir cassé
ça et là fenêtres et affaires des opposants. Ils proposent alors un
chantier sur tout le mois de février pour construire une cabane en kit
dans les Tanneries, la transporter à Bure afin de la monter dans le
bois. Venez construire avec nous !

 

PROGRAMME
———————————————
Du Lundi 29 janvier au vendredi 23 février
Tous les jours de 9h à 18h (sauf 10 au 13 fev)
Chantier ouvert de la cabane Dijon-Bure
Aidez-nous à renforcer l’occupation !

————————
Samedi 2 février / 19h
Librairie La Fleur qui pousse à l’intérieur
5 place des cordeliers – Dijon
Présentation, avec les auteurs, du livre « Bure : la bataille du
nucléaire » qui revient sur les dernières années de lutte contre Cigéo
et l’occupation du bois (Gaspard d’Allens, Andrea Fuori, Seuil, 2017).

——————–
2, 3, 4 février / 21h
1 soir 5 euros / 2 soirs 8 euros
Festival en soutien à l’association Tes Yeux Bleus

VENDREDI 2
REVOLUCIANO & CO (Rap / Dijon)
STELIO NOSTALGIQUE, SANDRO & TOXIC CITIZEN (Rap / Dijon)
LE BRAME ET OSINO (Rap / Langres)

SAMEDI 3
DIVIANO DROMENSA (Cabaret tzigane / Montpellier)
KAMIENSKI (Trash’N’Roll / Dijon)
THE BLACK PEPPERS (Punk Hardcore / Langres)
APE’S O’CLOCK (Punk Hop Cuivre / Rennes)
VYRYL (Electro Clash / Besançon)

DIMANCHE 4 – Prix libre
BRUNCH VEGAN
LES PELPASS (Animation & jeux)
LUMEma (Spectacle poétique jeune public)
LES PANGOLINS (Théâtre)
BOUM

—————————————
Vendredi 9 Février / 20h30 /  6 euros
Concert Mammouth !
En soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes pour fêter la fin de
l’aéroport

ORCHESTRE TOUT PUISSANT MARCEL DUCHAMP XXL (Bigband tropical-punk
afro-noise / suisse-belgique-france)
SATHöNAY (Turbo folk – noise pop / Lyon)
BOB COOPER (Perfo noise – thérémine rock / Paris)

———————————
Samedi 10 février / 5€ / 22h-5h
Sound system / Reggae dub
Protect the Dub s03e06:
Dubatriation Sound System meets Kebra Ethiopia (Johannesbourg-SA)Skanky
Yard

——————————
Mardi 13 février / 21h / Libre
Cinéma / Cycle Amours Etranges
De Abdellatif Kechiche / 2013 / 179min
Emma hante chaque nuit les rêves et les désirs les plus intimes d’Adèle.
Emma à les cheveux bleus. Elles se sont croisées brièvement. Mais cette
rencontre va bouleverser totalement la vie d’Adèle…

———————————
Mercredi 14 février / 18h / 22h
Discussion-projection-repas
Comité Dijon-Bure
L’Explosion (Jérôme Champion, 2007, 52min)
Une série de portraits des protagonistes de la lutte contre la centrale
nucléaire de Chooz.
Entre 79 et 84, la pointe de la Meuse dans les Ardennes fut l’épicentre
d’un grondement social sans précédent qui marqua la fin de siècle.
L’embrasement et la détermination des antinucléaires de Chooz ne tarda
pas à infuser le monde ouvrier de la sidérurgie en grave crise de
restructuration capitaliste, et nombreux-nombreuses partagèrent les
barricades face aux brutalités de l’état socialiste  qui voulait faire
de la région de son fleuve et de ses forêt un désert…

Discussion prévue avec un des protagonistes de cette lutte qui a
participé au film.

————————————-
Jeudi 15 février / 20h30 / Prix libre
Film au cinéma Eldorado – Rue A. de Musset Dijon
Projection prix libre du film « Bure pour l’éternité » (Aymeric et
Sébastien Bonetti, 2014, 52 min)
Film qui revient sur la lutte contre Cigéo avant l’occupation du bois
Lejus.
Suivi d’une discussion sur la lutte et ses possibilités.

——————————-
Samedi 17 février /5€ / 22h00
Concert DIM
Los tres puntos + boum

——————————-
Mardi 20 février / 21h / Libre
Cinéma Cycle Amours Etranges
De Alain Guiraudie / 2016 / 98min
Il sera question de loups dans ce dernier film de Guiraudie, celui qui
se dit être « le dernier réalisateur communiste en France ». Il sera
question de villes et de campagnes, de Brest et des causses, de
narrations morcelées pour raconter la vie telle qu’elle est des fois :
magique, étrange, au bord du vide, frôlant l’absolu.

———————————
Mercredi 21 février / 18h + 20h
AG ACTIVITÉS + RENCONTRE/INFOTOUR RÉPRÉSSION POST G20 HAMBOURG

Après les contestations spectaculaires contre le sommet du G20 en
juillet 2017 à Hambourg la répression des autorités frappe fort, en
Allemagne et ailleurs.

De nombreuses perquisitions (plus de 50 depuis le sommet) menées par les
flics et les services secrets allemands, des avis de recherche en ligne
contre plus de 100 manifestant.e.s, ainsi que la censure du site
linksunten.indymedia.org suivirent les émeutes.

De nombreuses procédures sont en cours contre les mouvements autonomes,
libertaires et communistes qui auraient – selon les autorités – organisé
les émeutes et les pillages.

Depuis quelques semaines les tribunaux allemands, comme c’est également
le cas en France, prononcent de lourdes peines à l’encontre de
contestataires anticapitalistes. De nombreu.se.s camarades ont été
condamné.e.s ˆ deux ans et plus de prison ferme pour de simples
dégradations ou des jets plus ou moins performants de projectiles.

Cet infotour veut faire savoir ce qui s’est passé à Hambourg, en jetant
aussi un coup d’oeil critique sur la gestion des campements et
manifestations, sur la violence policière et sur la répression étatique
précédant et suivant le G20.

Nous voulons échanger ensemble sur les questions de la société du
spectacle et sur-médiatisée, de la propagande, de la censure et des
stratégies de communication.

L’objectif est de débattre ensemble des pratiques solidaires actuelles
autour des mouvements de contre-sommets, présenter quelques initiatives
qui combattent la répression qui suit ce sommet, questionner les
pratiques actuelles de lutte et appeler à la formation de nouvelles
alliances rebelles sans frontières Ð en face d’un état policier européen
qui a largement dépassé sa phase test…

————————————-
Vendredi 23 Février / 21h / 6 euros
Concert Maloka
THE IRRADIATES (Surf punk / Besançon)
BROMURE (Oi punk / Paris)
THE KRAWLERS (Psycho rock and roll / Dijon)
TALION (Street Punk / Dijon)

——————————
Semaine du 26/02 au 03/03
Chantier montage de la cabane à Bure (55)
Une fois la cabane prête, on la transporte dans la Meuse pour la monter
dans le bois Lejuc à l’endroit qui paraîtra le plus stratégique du point
de vue de la défense. Nous serons aidé le 3 mars par les participants à
la marche des comités de soutien (des chantiers, des repas et des
discussions sont prévu sur tout le week-end)

———————-
3 mars / Bure (55)
BOUM dans la cabane fraîchement construite !