HISTOIRE

Plutôt que d’en rédiger une version qui paraîtrait officielle, nous préférons ici compiler différents textes qui ont émaillé de l’espace autogéré des Tanneries. Voici une première ressources, d’autres a venir

  • Une histoire de l’espace autogéré des Tanneries (Dijon) : est extrait du livre Constellations écrit par le collectif mauvaise troupe et publier chez l’éclat en 2014 vous trouverez tout le contenu de cet ouvrage ainsi que les nouveaux écrit de ce collectif sur leur site. Ce texte sur les Tanneries a été écrit au cours du processus de déménagement du lieu, plusieurs mois avant que les murs ne s’en déplacent, et il revient donc, partiellement, sur celui-ci.

CRAme ton cra!

EDITO fevrier 2024

This image has an empty alt attribute; its file name is imagefev-1024x722.jpg

Les centres de rétention sont des prisons où l’État enferme les personnes qu’il considère comme irrégulières sur le territoire français parce qu’elles n’ont pas les « bons » papiers. Pendant 90 jours (voire plus, car les allers-retours entre CRA et maisons d’arrêt sont fréquents), des personnes sans-papiers peuvent y être enfermées sans avoir commis aucun crime ni délit, dans l’attente de leur expulsion vers des pays où iels n’ont parfois aucune attache. Les conditions d’enfermement y sont horribles et les violences policières, les insultes, le racisme, les maltraitances méciales et les atteintes à la dignité y sont quotidiens. 

 L’objectif de l’État est de maintenir ces personnes enfermées pour organiser leur expulsion, mais aussi pour leur faire subir les violences physiques et psychologiques inhérentes à l’enfermement. C’est la deuxième raison d’existence des centres de rétention : faire payer aux personnes immigré·es et/ou sans-papiers leur présence sur le territoire, les traumatiser, les dégouter, les torturer, leur passer l’envie de rester ou de revenir.

Pour mener sa politique ultra raciste et répressive incarnée actuellement par la loi Darmanin, l’État est en train d’augmenter ses capacités d’enfermement et d’expulsion, avec la construction et l’agrandissement de nombreux CRA partout en France. Des projets de construction sont en cours, et dix nouvelles constructions sont prévues à Oissel, Nantes, Béziers, Aix-en-Provence, Goussainville, Nice, Mérignac, Dunkerque, Mayotte et Dijon. 

Ces 10 CRA s’ajouteront aux 25 existants en France et en outre mer. En 2023 déjà, un CRA de 90 places a été ouvert à Olivet, près d’Orléans, ainsi qu’un deuxième de 140 places à Lyon (en plus du CRA existant qui faisait déjà 140 places), et celui de Perpignan a été agrandi. En 2026, c’est celui de Bordeaux qui doit entrer en service, puis e 2027 au Mesnil-Amelot (en région parisienne, où se trouve déjà un CRA de 240 places). L’objectif du gouvernement est de doubler le nombre de places en CRA d’ici 2027 (3 000, contre près 1 500 en 2017), et de porter la durée maximale de rétention administrative de trois mois à dix-huit mois pour les « étrangèr·es en situation irrégulière fichés S ou délinquants ».

Il existe déjà des collectifs de lutte contre les centres de rétention dans différentes villes de France. L’ampleur de ces nouveaux projets nécessite une réponse forte, que des collectifs s’organisent dans les villes concernées, et se mettent en lien à l’échelle nationale, pour faire connaître ces projets et y résister. 

Texte issu du collectif Lyon Anticra 

la bancale

La Bancale est un collectif qui lutte contre l’insécurité alimentaire et l’isolement social par la distribution de repas équilibrés et végétariens à destination de personnes en situation de grande précarité et des livreurs·euse·s à vélo.

En tant que volontaire, il est possible d’aider de différentes façons comme par exemple lors de l’élaboration des menus, en apprenant à préparer les légumes de saison, en valorisant les invendus, en mettant en pratique de nouvelles méthodes culinaires ou en découvrant le B.A.BA de la cuisine collective ; lors des distributions, en rencontrant les bénéficiaires de la Bancale et en servant mets et boissons, ou encore lors des récupérations d’invendus auprès de producteurs locaux lors des marchés. Chacun·e est force de proposition selon ses envies, ses disponibilités, ses compétences. Rejoindre la Bancale c’est prendre part à une communauté de réflexion autour de la solidarité mais aussi d’action par la mise en pratique de réseau, de savoir-faire et d’initiatives personnelles en faveur des individus.

Nous retrouver
Chaque lundi à partir de 17h au 37 rue des Ateliers à Dijon pour cuisiner et/ou au centre-ville devant le 51 rue de la liberté à partir de 20h pour la distribution !

Nous contacter
Par mail : labancale[at]protonmail.com
Sur Facebook : https://www.facebook.com/La-Bancale-113828194081105/

janvier 2024

Mercredi 03.01 / 18h  ASSEMBLEE ACTIVITE

C’est l’assemblée ouverte ! C’est le moment pour proposer une bouffe, un événement, un atelier, s’impliquer dans l’existant, parler avec les gens qui s’organisent ici, viens!

Samedi 6.01 / 20h-5h / 8€ Jungle Rave 2

par MMTK Family .hardtrance – acidtekno – mentalcore – acidcore – hardcore

Mercredi 10.01 / 16h30-19h30   permanence informatique

Si la communication entre ton ordi et toi n’est pas comme d’habitude, et que vous rencontrez de nouveaux problèmes… venez ensemble, en écoutant ses besoins tout est possible ! Préviens-nous de ta demande sur kernel-panic@riseup.net

Mercredi 10.01 / 16h -20h Permanence de la bibliothèque

Un moment pour emprunter des livres, en rendre, en lire, en chercher et se perdre dans les rayonnages

Samedi 13.01 / 20h-2h / 6€ PROTECT THE DUB [s08e06]

ADAM PRESCOTT [Nottingham / UK]

DUBATRIATION SOUND SYSTEM [Dijon]

Mercredi 17.01 / 14h-17h30 ATELIER GIMP

Viens découvrir les rudiments de GIMP, logiciel libre de manipulation et de retouche d’image ! il n’y a pas de savoir prérequis mais il faut que tu amènes un ordi et une souris ! sur inscription tanneriso@tanneries.org

Mercredi 17.01 / 16h-18h PERMANENCE DE LA CAISSE DE SOLIDARITÉ CONTRE LA RÉPRESSION

Tous les 3e mercredi du mois se tient une permanence juridique pour créer de l’entraide entre personnes qui ont des problèmes avec la police ou la justice (arrestation, convocation, procès, blessures, etc.). Même si nous ne sommes pas des expert·es, on propose de s’entraider pour :  trouver un·e avocat·e et la·e payer, préparer un procès /une garde-à-vue, mieux comprendre nos droits , anticiper les pratiques policières, comprendre les démarches possibles pour porter plainte contre la police 

C’est mieux de nous prévenir avant de venir, et c’est aussi possible de nous contacter pour prendre rendez-vous à un autre moment.  caissedeso21@riseup.net // 07 53 53 19 26

Mercredi 17.01 / 18h ASSEMBLEE ACTIVITE

C’est l’assemblée ouverte ! C’est le moment pour proposer une bouffe, un événement, un atelier, s’impliquer dans l’existant, parler avec les gens qui s’organisent ici, viens !

Samedi 20.01/14h-18H/ gratuit Permanence Soin 

Chaque troisième samedi du mois, à partir de janvier, si t’as besoin d’écoute, d’orientation en matière de soin psy, si t’as besoin de parler d’un problème qui t’affecte, d’une situation difficile que tu vis ou que quelqu’un de proche traverse, si tu cherches des ressources sur la santé mentale, le soin communautaire ou la gestion de conflit, tu peux venir à la permanence soin, les troisième samedi du mois, de 14h à 18h. Y’aura des gens pour t’écouter ou t’accompagner dans tes démarches de soin, des brochures et des livres sur le soin à consulter, parfois des ateliers pour s’auto-former sur le soin.  Nous qui tenons ces permanences soin, on est p as des professionnel.les de santé, mais on veut sortir le soin des institutions et/ou accompagner les gens face aux institutions, dans leur parcours de soin, tant physique que psychique. 

Samedi 20.01/20H/10€ « THIS WILL BE A QUEER PARTY »

Maloka présente :

– CŒUR (Entertaining Emotional Diva Hardcorde)

– VULVES ASSASSINES (Punk-Rap de l’Espace)

– DJ set de CANELLE DOUBLEKICK (Hard House Ghetto Guarateko)

+ Drag shows

Mardi 23.01 / 18h / bibliothèque QG FEMINISTE sans mecs cis hétéros

Lecture collective et discussion autour de la brochure « Ceci n’est pas un call out » écrit par Collectif Bagarre, collectif anarchaféministe toulousain.

Vendredi 26.01 / 20h-5h / 5€ MIRAGE 

by F18-events

Full techno

Samedi 27.01 20h00 « underground hip hop party » 

Maloka présente 

T.I.N.A. , political hip hop de Grenoble (There Is No Alternativ collectif)

NERGAL  , hip hop venu de Montceau (ex collectif Mary Read )

VIKTOR AND THE HATERS rap punk, Paris  ( collectif venu du punk et du hip hop)

+ Warm up avec NICK UDGS

Tous les lundis / 17h Entraide alimentaire avec la Bancale 

Chaque lundi, le collectif la Bancale propose un moment de cuisine collective pour les personnes en situation de précarité. Au menu : lutter contre l’insécurité alimentaire et l’isolement social par la préparation et le partage de repas au centre-ville de Dijon.

Nous contacter : labancale@protonmail.com

TANNERISO 

// Atelier d’impressions  low-cost mais stylé.

risographie, imprimante, atelier equipé pour fabriquer des livres et objet papier.

–> Questions et RDV: tanneriso@tanneries.org

Le rassemblement du 18 février contre l’espionnage des militant.es est maintenu : L’arrêté ne nous arrêtera pas !

Malgré l’arrêté d’interdiction de se rassembler qui a été publié aujourd’hui par la préfecture, le rassemblement contre l’espionnage des opposant.tes politiques est maintenu ce samedi 18/02 à 14h place François Rude !

Il y a quelques temps on a trouvé des caméras de surveillance sur nos lieux de vie et d’organisation, au Quartier libre des Lentillères et aux Tanneries. On a dénoncé ces pratiques d’espionnage publiquement et on a décidé d’organiser un rassemblement festif pour résister à la normalisation de toute forme de surveillance et lutter contre l’impunité de l’État, de la préfecture, de la police, qui sait ?

Aujourd’hui, la préfecture a déposé un arrêté pour nous interdire de nous rassembler tout en déployant « un dispositif de sécurité renforcé » sur tout le centre-ville. On nous reproche de pas avoir déclaré ce rassemblement, mais pourquoi est-ce qu’on demanderait à ceux qui nous ont espionné l’autorisation de nous retrouver ?

Nous, ce qu’on a prévu, c’est un moment festif, un bal masqué pour danser contre leur monde de merde et se sentir ensemble face à l’intrusion des caméras dans nos vies.
Ils font comme si c’était nous la menace, mais en fait c’est eux qui nous menacent, qui répriment les manifestations et espionnent tous les gens qui font vivre des lieux en lutte contre leur monde pourri. Dans leur arrêté, ils disent qu’on organise un rassemblement contre les flics, alors est-ce que ça veut dire qu’il assument que c’est eux qui ont posé ces caméras devant chez nous ?
Ou alors c’est parce qu’ils se sentent menacés par n’importe quelle opposition, et qu’ils ont pas envie qu’on fasse du bruit, qu’on s’organise et qu’on se sente ensemble. Leur stratégie c’est de nous isoler toujours plus, de nous faire peur, de bien nous faire sentir qu’on peut pas vivre et s’organiser en dehors de leurs logiques de merde.

Ce rassemblement c’est pour résister à ça, et c’est ça qui leur fait peur, que ce moment rassemble largement, qu’il soit appelé à la fois par des usager.es des Lentillères et des Tanneries, par des syndicats, par des collectifs féministes, par des militant.es de la Nupes ou d’Extinction Rebellion, et par des gens des alentours ou d’ailleurs qui sont choqué.es par ces pratiques.
Alors évidemment on maintient ce rassemblement !!! Venez nombreux.ses à 14h place François Rude ! Prenez soin de vous et de vos ami.es pour les contrôles et les fouilles, et malgré les obstacles, on arrivera à se retrouver !

Un fil info sera disponible sur le site dijoncter.info pour se donner des nouvelles et un numéro sera mis en place si besoin d’informations : 0758570280

Programme de SEPTEMBRE 2022

EDITO

« Si on écoute la radio, on peut entendre le crépitement des flammes à chaque bulletin d’information. Il n’y a plus de déguisement, le système ne prétend plus servir vos intérêts. Et lorsque vous sortirez de prison, vous verrez où la prison se dissimule, dans les galeries commerçantes, l’école, le programme de télévision. Vous saurez qu’à tout moment vous avez vraiment un choix : dire oui, résister, créer quelque chose de nouveau. « 

Starhawk

PROGRAMME DES ÉVÈNEMENTS

Samedi 10.09 / 20h / 6 euros

SOIRÉE DE SOUTIEN À MALOKA

// KRAKENSTEIN Punk-Rock Dijon

// SUE ELLEN ET L’ABOBINABLE JR Alterno-Punk, Dijon

// LES BENAVERRE Alterno punk

// HYSTERIE COLLECTIVE Punk

// FRENETIC TRIO Heavy-Psychobilly, Brésil

Mardi 13.09 / 18H

QG FEMINISTE

/ En mixité choisie sans mecs cis

Venez trainer, boire un coup avec les copaines ou rencontrer des nouvelles personnes. Pour nouer des liens en dehors de nos millions de trucs à faire !

Jeudi 15.09 / 20H / 6 euros

SOIRÉE MALOKA

// KRAV BOCA (Hip-hop-Punk)Toulouse

// ALIEN FIGHT CLUB Punk, Toulouse

// MOLLARD, rap/ HxC, Dijon

Dimanche 17.09 13h/19h

Skanky Yard & Dubatriation présentent

PROTECT THE DUB [S07E01]

Pour le premier épisode de cette nouvelle saison, on reprend la formule garden party ! Vous pourrez (re)découvrir la culture sound system à l’espace autogéré des Tanneries, à travers une programmation singulière, pointue et versatile. Une association/collectif sera conviée afin de donner de la visibilité à leur lutte pendant l’évènement, tout en soutenant leurs projets. N’hésitez pas à aller les rencontrer ! Pour les amateurs de vinyles, le Skanky Yard Record Shop sera présent avec quelques bacs, une collection variée (du roots, du dub… mais pas seulement !) Comme toujours, l’association de reduction des risques Conscience Nocturne sera de la partie pour répondre à vos questions. Pour connaitre la programmation, check insta @Dubatriation, soooon come !

Mercredi 21.09 / 16h-18h

PERMANENCE JURIDIQUE DE LA CAISSE DE SOLIDARITÉ CONTRE LA RÉPRESSION

Tous les 3éme mercredi du mois une permanence juridique pour créer de l’entraide entre personnes qui ont des problèmes avec la police ou la justice (arrestation, convocation, procès, blessures, etc.) même si nous ne sommes pas des expert·es, on propose de s’entraider pour :

– trouver un·e avocat·e et la·e payer

– préparer un procès /une garde-à-vue

– mieux comprendre nos droits

– anticiper les pratiques policières

– comprendre les démarches possibles pour porter plainte contre la police

C’est mieux de nous prévenir avant de venir, et c’est aussi possible de nous contacter pour prendre rendez-vous à un autre moment.

caissedeso21@riseup.net 07 53 20 82 61

Samedi 24.09/ 20h-2h

SOIRÉE PAR LE COLLECTIF MALOKA

// BURNING HEADS (Punk-Rock; Hardcore and more, Orléans )

// 8.6 CREW (Reggae-Punk, Paname)

// ETERNAL YOUTH (Punk-Rock, Caen)

// LOST YOUTH (Reggae from outer space-Paris banlieues)

Lundi 26.09 / 19h

AG FÉMINISTE

/ En mixité choisie sans mecs cis

Tu veux t’organiser dans les luttes féministes à Dijon ?

Seul-e ou avec ton crew, viens aux AG !

Mardi 27.09 / 18h

QG FEMINISTE

/ En mixité choisie sans mecs cis

Venez trainer, boire un coup avec les copaines ou rencontrer des nouvelles personnes.

Pour nouer des liens en dehors de nos millions de trucs à faire !

Mercredi 28.09 / 10H-18H

PERMANENCE ÉLECTRONIQUE

Viens réparer, transformer, améliorer ou cramer tes machines électroniques qui ne fonctionnent pas comme toi tu voudrais. Il y a du matos à disposition et une personne sera là pour t’aider si tu galères. Changement de formule pour cette année. La permanence de l’atelier électronique ne se fera qu’une seule fois par mois, chaque dernier mercredi du mois. Mais tu peux prendre rendez vous un autre jour si tu veux, envoi ta demande a electronikatelier@tanneries.org et on trouveras un creneau.

Mercredi 28/09 / 18H

PRÉSENTATION DE WOMAN CAVE

Le collectif Woman Cave s’intéresse aux notions de genre et d’inclusivité dans les espaces architecturaux comme éditoriaux. Elles éditent annuellement la revue Woman Journal et sont accueillies aux Tanneries pour l’impression du prochain numéro, dont le thème est « Rapport de force et cohabitation ». Dans la foulée de la résidence d’impression aux Tanneries, les membres du collectif Woman Cave vous proposent de venir découvrir leur travail d’édition et de design ainsi que de discuter du magazine réalisé sur place, autour d’un repas léger et de lectures, suivi d’une projection. Vous pouvez consulter leur site par ici : https://womancave.hotglue.me/

Samedi 01.10 / 20H / 8 euros

SOIRÉE MALOKA

DUBAMIX AND FRIENDS (Paris, Dub rouge et noir )

avec

Daman (Paris dub)

L’1consolable (Paris rap)

Gé (dub)

Marina P (singer soul/reggae Italie)

Krak in Dub (dubstep Buenos aires)

Programme de FÉVRIER 2022

Pot très pourri…
2022 démarre bien.
Un président PMU/brèves de comptoir glose sur les non-vaccinés. Pendant qu’il joue au bonneteau avec cinq millions de réfractaires aux motivations variées, l’hôpital public coule et James Cameron n’est même pas là pour filmer le naufrage.
Le dernier Houellebecq paraît en librairie le 7 janvier et pas un seul journal, quotidien, hebdomadaire ou mensuel n’échappe à la campagne de promotion.
Les tribunes-Covid deviennent un sous-genre journalistique. Elles sont collectives, courroucées et au conditionnel. L’hôpital public vit au présent de l’indicatif. Dommage.
Le monde va mal mais en France, on s’en fout, surtout une année de double élection. Que mange Pécresse au petit déjeuner, des céréales ou des tartines ? Paris-Match le dévoile en exclu. Zemmour couche-t-il avec Marine Le Pen ? Ils ont été aperçus dans un Ibis Budget à Royan. Non, là, je charrie. C’était un Campanile, le « Charles Martel » , au centre ville de Poitiers.
Blanquer est toujours ministre de l’éducation nationale sous forme déshydratée. On évoque pourtant, dans les milieux autorisés, l’ennui incommensurable d’être lui-même.
La gauche n’existe plus. Pour en représenter les restes, dans l’ossuaire, un ancien sénateur qui a fait le chemin à l’envers, du palais du Luxembourg à Santa-Clara, un écologiste aphone, que le réchauffement climatique laisse sans voix, un micro-organisme communiste et bien sûr Christiane Taubira en gardienne des lieux.
La droite existe trop. Il n’y a rien à en dire. Tout commentaire serait superfétatoire. On ne fournit pas la boîte de kleenex pour sécher les larmes ou faire taire les sanglots.

Les préfets s’occupent des enfants étrangers. Des observateurs évoquent Vichy, pas que pour les pastilles, des historiens fatigués répondent « point Godwin » et pendant ce temps-là, les enfants n’ont même pas le temps de goûter avant de prendre l’avion.
Les femmes en chient, toutes couleurs confondues. Cela n’est pas nouveau. Depuis que certaines d’entre elles, en petit nombre, surtout au Nord, ont retrouvé l’usage de la parole et racontent plein de trucs intéressants, des bourreaux new look en ont après leurs langues trop pendues et pleurent après leur liberté perdue de peloter tranquille. Un mot valise célèbre le combat de ces gardiens du Phallus Absolu contre les hordes de hyènes hystériques et sûrement lesbiennes du bout des lèvres, les féminazies. Aucun historien, même fatigué, n’évoque le point Godwin à ce sujet. Pourquoi ? On s’interroge..
Et le wokisme, que devient-il le wokisme ? Il se porte bien. Un colloque lui est consacré mi-janvier à la Sorbonne qui, pour l’occasion, se croit revenue au Moyen-Âge quand elle était une faculté de théologie.
Le cinéma français est en crise et les exploitants de salles à la peine. Netflix a annoncé qu’il allait racheter les droits sur tout le cinéma français depuis les origines en 1895. Les Lumière bientôt au catalogue.
Au fait, j’allais oublier, il a fait 29 degrés en décembre dans le sud-ouest de la France et je n’ai même pas parlé des ours blancs, de la fonte du Permafrost, de la disparition des insectes et du climat.
Comme quoi je suis raisonnable.
Vive 2022 mon neveu !

Martine apprend la lutte

Mardi 01.02 18h
Petite boom
/ QG féministe en mixité choisie sans mecs-cis
Viens danser, te défouler, kiffer sur un dance floor ! Bières prix libre

Mercredi 02.11 18h
Vivre sans police
/ Discussion animée #4
/ Par le cycle des 9 discussions animées
L’explosion mondiale à la suite de la mort de George Floyd a révélé plus que jamais au grand jour une colère et une défiance massive vis-à-vis de la police et de ses méthodes.Partout dans le monde, des collectifs et des communautés n’attendent plus aucune protection de la part de la police et s’organisent sans elle.un mouvement pour l’abolition de la police pose pourtant de multiples questions, notamment celle-ci : pouvons-nous réellement nous passer de la police ? comment créer collectivement d’autres réponses afin de nous autonomiser de ces instances ? Vivre sans police est-ce aussi vivre sans prison ? Comment passer d’un système judiciaire répressif à une justice transformatrice ?
Le cycle des discussions animées ne sont ni des conférences ni des présentations, mais des moments de débats et d’élaborations collectives. Plus d’infos sur le cycle ici

Dimanche 06.02 18h
Summer of soul (…or, when the revolution could not be televised)
/ de Questlove, 2021
/ Cinéclub
/ Cycle Musique – « Les hommes blancs ne savent pas jouer »
Ce mois-ci on vous propose un mini cycle avec deux documentaires
historiques et musicaux pour une fois sans hommes cis blancs.
été 69, New York. Les communautés noires et latinos se rassemblent
autour du Harlem cultural festival. Des images jamais montées de
l’histoire afro-américaine avec Nina Simone, Sly and the family stone,
Stevie Wonder, B.B. King, Mahalia Jackson, Herbie Mann, Ray Barretto,
Max Roach et tant d’autres.
Film docu, 118min

Mardi 08.02 18h-22h
Atelier danse libre
/ QG féministe en mixité choisie sans mecs-cis
12 personnes max. Écris à gouineattac@riseup.net pour t’inscrire
viens avec des fringues confortables !

Mercredi 09.02 18h
Cycle autour du soin
/ discussions, ateliers et projections
Un cycle autour du soin et de la santé, histoire d’en faire une question politique, de se réapproprier des savoirs, d’apprendre ce qu’il se passe quand on digère une pizza ou à quoi peut donc bien servir le foie, ou encore comment fonctionne le système de soin français.
Où on parlera d’anatomie et d’autonomie, de lobby pharmaceutique et d’industries agro-alimentaires, et où on apprendra à reconnaître une brûlure au second degré et à soigner une plaie.
18h : présentation du cycle et infokiosque
20h30 : repas à prix libre, en soutien à la caisse commune de la Rebouterie, salle de soin collective des Lentillères
21h30 : Projection de « How to survive a plague », film documentaire américain de David France, sorti en 2012, sur les premières années de l’épidémie de Sida, réalisé à partir d’images d’archives comprenant des reportages, des interviews ainsi que des films de manifestations, de réunions et de conférences pris par les membres d’ACT UP eux-mêmes.

Samedi 12.02 (lieu / horaires à préciser)
Subtil Béton
/ Présentation d’un roman
check subtilbeton.org et dijoncter.info ! pour les infos pratiques
Subtil Béton est le fruit d’un travail entamé en 2007. Pendant quinze années, nous nous sommes regroupé·e·s en ateliers d’écriture féministes pour explorer par la fiction les univers collectifs de nos quotidiens, lieux de lutte et de vie autogestionnaires. Au fil des rencontres,le collectif a croisé la route de près d’une cinquantaine de personnes qui ont ponctuellement contribué à façonner ce roman d’anticipation, aggloméré et choral.

Dimanche 13.02 14h-18h
Atelier d’imaginaire SUBTIL BÉTON
/ par les Aggloméré-e-s
/ Atelier sans mecs cisgenres
Un atelier d’imaginaire pour inventer des histoires à plusieurs mains. En guidant les personnes par des consignes simples et accessibles, ces ateliers encouragent la création collective, tout en outillant chacun·e. Une exploration pour susciter débats, goût du jeu et renversement de perspectives… Un espace de mise en fiction subtil… et béton !

Dimanche 13.02 18h
Sisters with transistors, electronic music’s unsung heroines
/ Lisa Rovner, 2021
/ Cinéclub-Cycle Musique : « les hommes blancs ne savent pas jouer »
L’histoire des pionnières de la musique électronique, des compositrices
qui ont saisies les machines et leurs technologies libératrices pour
transformer profondément comment nous produisons et écoutons de la
musique aujourd’hui. Avec Laurie Anderson, Wendy Carlos, Pauline
Oliveros, Clara Rockmore, Eliane Radigue et tant d’autres.
Docu, 86min

Lundi 14.02 18h
Assemblée générale féministe
Tu veux t’organiser dans les luttes féministes en mixité choisie sans
mecs cisgenres à Dijon ?
Rejoins nous une fois par mois pour parler et s’organiser contre le patriarcat.

Mardi 15.02 19h-22h
Gala de catch !
/ QG féministe en mixité choisie sans mecs-cis
Une soirée exceptionnelle de combats absurdes entre les champion.nes qui sommeillent en vous. Les adversaires seront tiré.es au sort et devront s’affronter sur le ring : jeu du caillou, ninja, lutte, choufleur, et plein de surprises.
Bières et soft prix libre

Mercredi 16.02 16h/18h
Permanence juridique
de la caisse de solidarité contre la répression
Voir « permanences » plus bas.

Mercredi 16.02 18h
Assemblée activitée
Chaque 3e mercredi du mois, c’est l’assemblée ouverte ! C’est le moment pour proposer une bouffe, un événement, un atelier, s’impliquer dans l’existant, parler avec les gens qui s’organisent ici.

Mercredi 23.02 18h
Peuple et populisme
/ Discussion animée #5
/ par le cycle des 9 discussions animées
Fin 2018, irruption du mouvement des gilets jaunes . Un peuple venait de se soulever contre le mépris répété que représentaient des réformes vécues comme injustes par une partie de la population. . À ce jour, parmi les courants politiques de gauche comme de droite, certain·es politicien·e·s organisent de plus en plus leurs discours autour de l’idée de peuple, chacun·e essayant de se faire valoir comme le/la vrai·e représentant·e du dit peuple. C’est sur cette base que se fondent les idéologies populistes, dont se sont emparés Donald Trump ou Jair Bolsonaro, se forgeant ainsi une image d’homme du peuple tout en menant des politiques ultra-libérales, liberticides et précarisantes pour la majorité de la population. Mais de quel peuple parle-t-on et pourquoi emploie-t-on ce concept plutôt qu’un autre ? Sur quoi repose le succès des populismes ? Si c’est au nom du peuple que sont menées les politiques les plus liberticides, ce « peuple » existe-il réellement ?
Le cycle des discussions animées ne sont ni des conférences ni des présentations, mais des moments de débats et d’élaborations collectives. Plus d’infos sur le cycle ici->3135]

Permanences

Impressions et risographie
/ tous les mercredis
/ 14h-18h
Impressions DIY, photocops et risographie. viens discuter de ton projet.
plein de détails et d’infos sur
tanneries.org/tanneriso
Questions et contact ttanneriso@tanneries.org

Atelier électronique
/ tous les mercredis
/ 14h-18h
Viens reparer toutes tes machines electroniques qui ne marchent plus ou qui ne fonctionnent pas comme tu voudrais ; il y aura une personne pour te filer un coup de main.
Si t’as des projets, le matos de l’atelier est a disposition sur place. Si t’as des questions : electronikatelier@tanneries.org

Permanence juridique
de la caisse de solidarité contre la répression
/ tous les 3éme mercredi du mois
Une permanence juridique pour créer de l’entraide entre personnes qui ont des problèmes avec la police ou la justice (arrestation, convocation, procès, blessures, etc.)
Même si nous ne sommes pas des expert·es, on propose de s’entraider pour :

  • trouver un·e avocat·e et la·e payer
  • préparer un procès / une garde-à-vue
  • mieux comprendre nos droits
  • anticiper les pratiques policières
  • comprendre les démarches possibles pour porter plainte contre la police

C’est mieux de nous prévenir avant de venir, et c’est aussi possible de nous contacter pour prendre rendez-vous à un autre moment en nous écrivant à
caissedeso21@riseup.net

Programme de NOVEMBRE 2021

Enfin. Nous revoilà avec ce programme de novembre, après presque 18 mois de pause publique, alors qu’une pandémie nous est méchamment tombée dessus, que les décisions politiques incohérentes se sont succédées et que la vie s’est tristement ralentie. Mais aujourd’hui, le virus n’envoie plus les gens par milliers en réanimation, et on est bien content·x·e·s : on peut réouvrir franchement les portes des Tanneries et vous accueillir pour débattre, boire un thé, écouter un concert, bidouiller de l’électronique ou zoner au soleil.
ça nous manquait tellement.

Bon. On est aussi super inquiet·x·e·s parce qu’aujourd’hui, en novembre 2021, on ne peut plus s’avaler un godet en terrasse, emprunter un bouquin dans une bibliothèque, s’inscrire à un sport en salle ou se faire une toile entre potes sans être forcé·x·e·s de sortir un « pass sanitaire », un QR code qui devient le sésame pour continuer à vivre. Par contre, aucun soucis pour aller s’agglutiner dans des centres commerciaux dépenser notre argent ou se serrer dans un bus ou un métro – il faut bien que l’économie tourne. Ce pass, c’est un nouveau pas vers une société de contrôle asphyxiante, qui coupe la population en deux, entre les bon·x·ne·s élèves, celleux qui acceptent ce contrôle
permanent, et les autres, minoritaires, qui ne peuvent s’y résoudre. ça fait qu’une partie d’entre nous – souvent les plus démuni·x·e·s, sommes totalement exclus des lieux de culture, des lieux de sociabilité, sensés être ouverts à toutes et tous sans distinction ni discrimination. Avec la généralisation de ce pass numérique, l’Etat réussit à faire accepter une surveillance quotidienne, alors que nos mouvements et les activités que l’on choisit sont irrémédiablement captés par le traçage numérique.
La plupart des gens s’est ainsi habituée à montrer son QR code pour tout et n’importe quoi, et même si on peut encore marcher dans la rue sans le sortir, on se demande parfois ce que sera la prochaine étape…

Celles et ceux qui animent des lieux camarades en Suisse parlent d’« apprentissage de la soumission imposé par l’Etat », et on n’aurait pas mieux dit. Une soumission bien plus facile à faire passer tant « l’incertitude et l’anxiété poussent à accepter des mesures qui nous aurait révoltées il y a quelques mois », disent-iels. C’est fou comme on peut vite s’habituer aux pires des scénarios.

Heureusement, il y a encore celles et ceux qui résistent dans les interstices. Alors on voulait les saluer. Bravo à toi, la bibliothécaire grenobloise en grève depuis fin août pour que ton lieu de travail reste un espace ouvert. Bravo à toi, serveur démissionnaire, qui n’a pas pu supporter l’idée de devoir contrôler tes propres clients. Clin d’oeil à vous, les salles de cinéma qui ont voulu réduire leurs jauges pour se soustraire à la règle et clin d’oeil aussi à tous ces lieux qui font vivre l’esquive et le contournement (on donnera pas les nom) et refusent d’activer le rôle de police qui leur est imposé.. Enfin, soutien à toi, salariée en galère qui ne peut pas se permettre de tout lâcher, et qui doit travailler dans ces conditions alors que chaque contrôle te fait violence. Continuons continuons. essayer de prendre de la place sur les murs et dans les rues, ne les laisser ni aux conspi ni aux fachos. resister encore dans les interstices.

Portes ouvertes de l’espace activités

Venez découvrir la partie activité de l’espace autogéré des Tanneries et rencontrer celles & ceux qui le font vivre!

C’est quoi l’espace d’activités des Tanneries?

Si beaucoup de monde à Dijon est déjà entré dans la salle de concert des Tanneries, il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui ignorent tout de la partie Activité.
Elle est située à côté de la salle de concert, et elle est ouverte à différents moments de la semaine.
C’est un lieu d’organisation et d’élaboration politique, qui s’auto-organise loin des subventions, des pressions et des circuits institutionnels.
On y trouve une cuisine, une bibliothèque, un cinéma, une salle pour les enfants, une salle informatique, une salle d’archive…

Au programme :

Visites guidées (1’h30 & 16h30), présentation de différents ateliers (impressions, électronique, archives…), une expo de photos, des jeux, des frites, des crêpes, un bar sans alcool… et d’autres trucs chouettes!
À 16h : un film pour les enfants
À 18h : un film pour tout le monde!

RDV le dimanche 3 octobre à partir de 13h!

L’ENTRAIDE CONTINUE !

La levée du confinement arrivant, on s’engage vers une diminution progressive des distributions des colis alimentaires pour les arrêter à la fin du mois du mois de mai. En effet, on a pu mener à bien ces livraisons grâce à différents collectifs, associations, travailleuses sociaux, amis qui vont petit à petit reprendre leurs activités “habituelles”…

Dans cette logique,la permanence pour venir déposer des aliments ou des produits d’hygiène aux Tanneries (rue des Champs-Loup à Dijon) ne sera plus que les jeudi et vendredi soir, de 17h à 18h30.

On en profite pour remercier chaleureusement tout.e.s celle.ux qui ont contribué à leur mesure à ces collectes, qui ont ainsi permis à jusqu’à 400 personnes d’être ravitaillées durant ces 8 dernières semaines.

Pour rappel, pas de viande ni de poisson ! Merci à vous !